Trame verte, tous concernés

La trame verte se compose de différents éléments arborés, arbustifs et herbacés qui se développent sur un territoire donné. La connexion entre ces éléments est essentielle au bon fonctionnement du réseau écologique. Les vergers, les haies, les arbres ou alignements d’arbres, les forêts, les friches et d’autres éléments assurent le transfert des gènes au sein d’un territoire. 

Le Parc naturel procède à des actions d’inventaire et de reconnexion de la trame verte en s’appuyant, notamment, sur la cartographie qui permet de prioriser les actions. Ce travail s’appuie également sur l’étude historique des paysages qui a été menée dans le cadre de la Charte Paysagère. Ce travail permettra d’améliorer les connaissances sur la Structure Ecologique Principale (SEP). Il est important que la reconnexion de la trame verte se fasse en collaboration avec les citoyens et les agriculteurs qui doivent être encouragés et accompagnés dans cette démarche. 

La démarche « Un Arbre pour la Wallonie picarde », issu du Conseil de Développement, vise à mobiliser les forces vives de Wallonie picarde afin de planter, ensemble, 350.000 arbres et arbustes entre 2015 et 2025. Ce projet est porté par les Parcs naturels du Pays des Collines, des Plaines de l’Escaut et l’asbl Wapi 2040. Pour y contribuer, différents leviers, notamment financiers, sont mobilisés. Le premier s’inscrit dans le cadre du second appel à projet supracommunal initié par la Province de Hainaut et pour lequel 17 communes de Wallonie picarde ont choisi la 2ème édition de l’opération « Arbrenkit 2.0 » et pour laquelle, le Parc naturel a été désigné opérateur pour ses communes (Mont de l’Enclus, Flobecq, Ellezelles et tout récemment Frasnes). Réparti sur 2020 et 2021, le projet vise à accompagner les collectifs, les écoles, les communes en question, les sociétés de logement, les entreprises, les associations et les agriculteurs dans leurs projets de plantations par des conseils et l’organisation de distributions d’arbres. Le second levier consiste à activer la prime de la Région wallonne, revue en 2020, à la plantation pour tous ceux qui n’entrent pas dans les conditions de l’opération « Arbrenkit 2.0 » ; comme les particuliers. Dans ce cadre, le Parc naturel organisera des commandes groupées pour l’ensemble des demandeurs afin de pallier au problème de disponibilités des plants, notamment les fruitiers.

De plus, le Parc naturel lance une toute nouvelle action, expérimentale et innovante, destinée à cofinancer, chez des particuliers, les travaux d’arrachage de haies non-indigènes pour les remplacer par des haies indigènes. 

Enfin, le Parc naturel distribue les perches de saules têtards récupérées lors des chantiers de taille en vue d’une plantation par les citoyens et les agriculteurs (en lien avec le projet @ThenHome). 

Toujours dans la thématique du saule têtard, le Parc naturel du Pays des Collines a déposé fin 2020 un projet, intitulé « Et nos (Hainaut) saules têtards ? », auprès de la Région wallonne, destiné à organiser la taille, l’entretien et la plantation de saules têtards sur les territoires des trois Parcs naturels hennuyers avec un volet « innovation et expérimentation » concernant les résidus de taille. Ce projet, dont le Parc naturel du Pays des Collines sera le chef de file s’il est accepté, a été déposé en consortium avec les Parcs naturels des Plaines de l’Escaut et des Hauts-Pays. En tous les cas, l’objectif est de contribuer au niveau local à l’objectif du Gouvernement wallon de planter 4.000 kilomètres de haies en Wallonie pour la fin de la législature actuelle. 

D’autre part, le Parc naturel poursuit sa participation au projet « DIVERSIFRUIT » qui vise à structurer une filière de valorisation des fruits issus des vergers haute-tige wallons. Les douze Parcs naturels y participent en tant que relai local afin de contribuer aux objectifs du projet. En 2021, une nouvelle action est développée : il s’agit d’une part de contribuer à la protection des pollinisateurs et d’autre part de développer une synergie avec les apiculteurs. Cette approche comprend un volet sensibilisation. 

Au niveau pratique, le Parc naturel lance une opération appelée « 1 habitant, 1 m2 de prés fleuris », afin que les citoyens puissent participer à leur manière à protection des pollinisateurs. Le Parc naturel fournit des sachets de graines en partenariat avec des fournisseurs reconnus (JorionEcosem, …). Les actions « pollinisateurs » seront menées en concertation avec nos partenaires, notamment au travers du nouveau groupe de travail « Nature, Environnement et Biodiversité », mis sur pied en 2021 afin de discuter de diverses thématiques. En effet, afin de renforcer la cohérence et l’efficacité des actions menées, le Parc naturel souhaite valoriser et s’appuyer sur les expertises et les connaissances naturalistes présentes dans le Pays des Collines. Ce groupe de travail rassemblera les forces vives en matière d’environnement : Guides-NatureOREE, Contrats Rivière Dendre et Escaut Lys, … En fonction des thématiques abordées, des « spécialistes » pourront amender les réflexions du groupe de travail grâce à une expertise extérieure. Les abeilles sont non seulement indispensables à la production nationale de miel et d’autres produits de l’apiculture mais aussi à la pollinisation, à ce titre et afin de développer des synergies avec les apiculteurs, et en fonction du retour fait par nos partenaires sur ce thème, des actions concrètes seront menées : objectiver les besoins de création d’un rucher-école, afin de faire former de nouveaux apiculteurs, ou de faciliter leur installation en leur offrant une première ruche selon des conditions bien définies. Pour cela, des contacts seront pris avec les ruchers-écoles existants ainsi qu’avec le CARI. Les surfaces d’intérêt écologique qui seront mises en place, telles que les prés fleuris, devraient pouvoir bénéficier aux abeilles de manière importante.

Comment prendre part à ce projet ?

  • Contactez nos agents !

Contact

François Stocman – f.stocman@pnpc.be – 068/54.46.03