Paysages du Pays des Collines

La définition du « Paysage »

Selon la Convention européenne du Paysage (Florence, 2000), adoptée par 38 états membres du conseil de l’Europe :
« Le paysage désigne une partie de territoire telle que perçue par les populations dont le caractère résulte de l’action de facteurs naturels et/ou humains et de leurs interrelations »

Fin 2001, le Parc naturel du Pays des Collines a confié une mission d’expertise à l’Institut de Gestion de l’Environnement et d’Aménagement du Territoire de l’Université Libre de Bruxelles. Cette mission devait servir d’argumentaire à la réalisation finale d’une charte paysagère par le Parc.
Le but de la mission était double : réaliser un état des lieux paysager et déterminer une philosophie d’aménagement du Parc naturel en vue de préserver ou de reconstituer son paysage.

Géologie du Pays des Collines

Le Pays des Collines possède une géologie assez particulière, c’est un des rares endroits où les grés du tertiaire n’ont pas été emportés par l’érosion. Le territoire du Pays des Collines est traversé par deux chaînes de collines.

  • La chaîne la plus élevée est disposée selon un axe est-ouest, du Mont de l’Enclus au Mont de Rhode
  • La deuxième chaîne est orientée nord-sud et s’étend du lieu-dit les quatre vents jusqu’au bois d’Hubermont où elle se divise en deux parties. Les collines sont dues à la conjonction de deux phénomènes : d’une part, un léger soulèvement épirogénique et d’autre part, une érosion différente selon les endroits en fonction du degré de résistance des couches géologiques. C’est grâce aux roches les plus résistantes (grés ferrugineux) que les collines ont résisté à cette érosion. » La formation des collines remonte à l’air tertiaire (-65 millions à -2,6 millions d’années) lorsque cette région était recouverte par la mer. Les courants marins y ont creusé des chenaux qui ont ensuite été comblés par les sables grossiers du Diestien amenés par la mer. Lors du retrait de la mer, ces dépôts au contact de l’air se sont solidifiés pour donner naissance à des grés ferrugineux très durs. L’érosion des cours d’eau de l’Escaut et la Dendre ont ensuite découpé ces bancs de grés ainsi que les couches sous-jacentes, plus tendres.

Topographie du Pays des Collines

Le Pays des collines appartient aux premiers reliefs qui se dégagent de la vaste plaine qui s’étend de la mer Baltique au Pas-de-Calais en France. Il débute à la frontière du Hainaut et de la Flandre orientale avec des hauteurs dépassant les 150 mètres.
Les vallées descendant des collines présentent des profils différents en fonction de leur situation géographique. Le profil en long des vallées s’étendant vers l’est (Flobecq, Ellezelles, Ath, et une partie de la commune de Frasne-lez-Anvaing) présentent des pentes douces et continues tandis que les vallées situées à l’ouest (Mont-de-l’Enclus et Frasnes-lez-Anvaning) présentent à peu près toutes une rupture de pente aux alentours de 80 mètres d’altitude. La pente est donc forte entre les altitudes de 120 et 80 mètres et s’adoucit ensuite.
Les ensembles et territoires paysagers du Parc naturel du Pays des Collines

Le P.N.P.C se situe dans l’ensemble paysager des bas-plateaux-limoneux. Il est traversé par 4 territoires paysagers :

  • Plaine de Celles et d’Anvaing (correspond à Mont-de-L’Enclus sauf l’extrême nord et au nord de Frasnes-Lez-Anvaing). « Cette plaine est encerclée au nord, à l’est et au sud par un relief de buttes et de collines. Caractérisée par des paysages de labour et où le morcellement parcellaire a comme conséquence d’offrir un habitat dispersé de petit noyau villageois. »
  • Butte du tournaisis (correspond au sud de Frasnes-Lez-Anvaing). « Les paysages de la plaine tournaisienne sont animés par quelques buttes, dont les pentes à prairies et boisements contrastent avec la prédominance des labours environnants. L’habitat peu dense est structuré en petits villages de réseau routier entre lesquels se trouvent de nombreux hameaux et fermes isolées. »
  • Collines du Hainaut (correspond au nord de Mont-de-L’Enclus ainsi qu’une bonne partie d’Ellezelles et Flobecq). « Présentent un relief de collines dont les pentes à prairies et boisements contrastent avec les paysages de labours présents sur les bas plateaux. L’habitat est principalement développé sous la forme de petits hameaux sans pour autant exclure la présence de quelques gros villages. »
  • Bas-plateau de la Dendre lessinoise (correspond aux 3 villages d’Ath). « Paysage agricole où les labours dominants alternent avec une part non négligeable de prairies qui ponctuent les ondulations molles du relief. L’habitat est fort présent le long des axes routiers sur lesquels se sont développés de nombreux hameaux et villages que complète une importante dispersion intercalaire. »

Les entités paysagères du Parc naturel du Pays des Collines

Les entités paysagères reflètent les caractéristiques paysagères majeures du Parc naturel.
Elle se fait sur base de l’analyse des caractères fondamentaux du territoire.
Les entités paysagères sont des zones au sein desquelles la composition et la structure du paysage sont communes.

On identifie 7 entités paysagères majeures au sein du Parc :

  • L’entité paysagère de collines boisées : Grand massif forestier de feuillus (hêtre, chêne) situés au-dessus de la courbe de niveau des 80 m.
  • L’entité paysagère de collines morcelées : Situées au-dessus de la courbe de niveau des 80 m et composées de massifs boisés de moyenne dimension (souvent peuplier), de pâturages, et de cultures à flanc de collines.
  • L’entité paysagère de vallée agricole : Situées au-dessous de la courbe de niveau des 80 m et à moins de 2 km des sommets distincts et dépassant 100 m. L’occupation du sol varie en fonction de la topographie (pente abrupte à l’ouest et douce à l’est) et selon l’humidité du sol.
  • L’entité paysagère agricole cloisonnée : Elle fait suite à l’entité paysagère de vallée agricole vers l’aval. Le relief y est moins prononcé mais l’occupation du sol est semblable. Elle forme une seule grande zone : toute la partie aval de la moitié est du Parc, comprise entre les entités paysagères de vallées agricoles jusqu’à la périphérie du Parc.
  • L’entité paysagère de plaine alluviale : Les éléments naturels abondants en font sa spécificité. Beaucoup de prairies de fonds de vallées accompagnées de cordons rivulaires marquent le paysage.
  • L’entité paysagère agricole ouverte : Constituée principalement de grandes cultures, les fermes en quadrilatère et les exploitations agricoles sont nombreuses.
  • L’entité paysagère urbanisée : Correspond aux noyaux villageois. Il en existe 29 sur le Parc.

Galerie photos

buttes_tournaisis.jpg
collines_du_hainaut.jpg
paysage_pdc.jpg
plaine_celles_anvaing.jpg

Documents à télécharger

carte_entites_paysageres.pdf (554.3 ko)

Télécharger